Samedi 17 août 2019
Yes We Santé !
Accueil / Actualités / L’épisode de la santé connectée – Episode 13

L’épisode de la santé connectée – Episode 13

M. Pigné, médecin à l’initiative de 360 medical, nous apporte sa vision du marché de la santé connectée. 

Logo copie

M. Pigné, parlez-nous de 360 medical. En quoi cela consiste précisément ?

Nous sommes 3 fondateurs de 360 médical, qui a vu le jour en avril 2014. Nous nous adressons à un problème principal des médecins qui est que 96% d’entres eux perdent du temps à rechercher de l’information médicale, dans un contexte ou ils ont de moins en moins de temps et de plus en plus de patients. Parallèlement à cela, les médecins sont de moins en moins nombreux et les connaissances médicales explosent (multiplication des connaissances médicales par 2 tous les 3 ans). Certains médecins s’hyper spécialisent  et de nombreux outils sont arrivés pour les aider qui sont disponibles sur Google.

Nous avons donc créé une bibliothèque 2.0 pour les médecins dans un logiciel qui est structuré selon leur mode d’exercice. C’est un outil qui est complètement gratuit créé pour les médecins, par des médecins. Pour le moment cet outil est développé en cancérologie, nous allons dupliquer l’application dans les prochaines semaines. C’est l’information de l’ANSM (Agence nationale de Sécurité du Médicament) mise à disposition du médecin gratuitement sous forme d’une application Iphone, Android et d’un site web. Nous sommes à environ 30 000 téléchargements pour l’application Iphone en 3 mois et moins d’un mois pour l’application Android. Cela répond à un réel besoin des professionnels de santé qui ont besoin de cette information qui est validée et certifiée.

Selon vous, qu’apporte la santé connectée ? Quels en sont les effets bénéfiques ?

L’usage intéressant est le suivi de nos patients de manière plus simplifiée et plus précise. Je pense qu’il y a 2 axes ; tout d’abord un axe de prévention sur les situations à risque, puis un axe curatif dans le but de mieux suivre nos patients. Cela nous permet également d’augmenter la personnalisation de nos soins en fonction des paramètres que l’on peut suivre à travers la santé connectée.

Au contraire, pensez-vous qu’il existe des limites ?

Le danger principal se trouve dans la manière dont l’on utilise les données. Il y a donc un risque sur le secret médical qui est important et qui est le fondement d’une relation médecin-patient.

Certaines personnes semblent réticentes quant à l’utilisation de dispositifs de santé connectée. Pourquoi d’après-vous ?

Tout d’abord, je pense que cela peut être dû à la validation scientifique car quand on parle de santé on ne peut pas ne pas lier qualité à santé. Les premiers objets connectés étaient plutôt des gadgets qui ont évolués vers des acquisitions de données intéressantes. Concernant les patients, il faut qu’ils aient confiance en l’utilisation de ces données. Pour les professionnels, il faut que cela puisse rentrer dans leurs pratiques et qu’ils aient accès à ces données de manière simple. Je pense enfin qu’il est nécessaire de dissocier le bien être de la santé connectée.

Comment percez-vous l’avenir du marché de la santé connectée ? 

C’est un bel avenir. Cela va participer à la mutation de nos métiers.

Que pensez-vous du marché des séniors en termes de santé connectée ?

Il va falloir qu’ils s’habituent à ces technologies car il y a un frein générationnel. Mais cela doit pouvoir se développer à travers l’information divulguée par les acteurs. Le problème ne sera pas l’usage mais plutôt l’idée que le sénior se fera de la destination de ses données santé.

Retrouvez 360 medical ici.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>